Crocodiles

1985

Crocodile - AUBOIS 1985
00:00 / 00:00

Le premier jour respire en criant

Le dernier jour expirant en pleurant

Les jours d'espoir qui les séparent

Sont des tickets jetés sur quais de gare

La première heure gueule sont humeur

La dernière heure gueule sa douleur

Les jours d'espoir qui les ésparent

Sont des billes roulant sur le billard

On attend toujours le jour et l'heure

Toujours le jour et l'heure du bonheur

Comme des crocodiles, les yeux figés sur une île, immobile, attendant

On attend toujours le jour et l'heure

Toujours le jour et l'heure du bonheur

Comme des crocodiles, les yeux figés sur une île, immobile, attendant

Qui peut dire ce qu'on attend?

Le sable coule dans le sablier

le vide est plein et le plein s'est vidé

Entre les deux que s'est-il  passé

Il s'est passé le temps d'un sablier

Un grain de sable est resté collé

Dans le haut du sablier

Mais aussitôt retourné

Il sera à nouveau noyé

Refrain

Laisse aller les allée et venues

Du battant à l'heure suspendue

Morbier morbide, marque le vide

Tape le temps continuellement

Rythme de cœur remplit les heures

Rythme d'amour remplit les jours

On attend toujours le jour et l'heure

Toujours le jour et l'heure du bonheur

Comme des crocodiles, les yeux figés sur une île, immobile, attendant

On attend toujours le jour et l'heure

Toujours le jour et l'heure du bonheur

Comme des crocodiles, les yeux figés sur une île, immobile, attendant

Qui peut dire ce qu'on attend?

© 2017 par Simple Com